Allaiter après un mois : à quoi s'attendre

Savez-vous à quel moment s'installe votre lactation ? Ou comment évolue l'allaitement de votre bébé au fur et à mesure de sa croissance et de son activité ? Découvrez les réponses dans notre guide

Breastfeeding support after one month

Félicitations ! Vous avez réussi à passer l'étape du premier mois d'allaitement. Votre lait maternel est maintenant entièrement mature 1, votre production commence à se stabiliser et vos seins ne fuiront plus autant, voire plus du tout. Pas d'inquiétude : cela ne veut pas dire que vous avez moins de lait ; vos seins deviennent simplement plus efficaces pour produire et stocker le lait 2. À six semaines, vous commencerez à voir les premiers sourires de votre bébé, et à deux mois, vous aurez entre 500 et 600 tétées derrière vous. On espère que toutes les difficultés de mise au sein sont résolues. Il s'agit désormais de poursuivre l'aventure de l'allaitement et de profiter de son côté pratique et de ses bienfaits continus sur la santé.

À quel moment le nombre de tétées se réduit-il ?

La norme en matière d'allaitement pour les bébés entre un et six mois varie énormément : certains ne se nourrissent que quatre fois en 24 heures pendant que d'autres en sont à 13 tétées par jour 3.

« À partir d'un mois environ, votre bébé commencera à prendre de plus grandes quantités de lait pendant une tétée et pourra attendre plus longtemps entre deux séances », explique Cathy Garbin, consultante en lactation. « Son estomac grandit pour téter davantage et votre lait mature lui permet de se sentir repu plus longtemps. »

Les tétées peuvent durer entre 12 minutes et une heure (oui, le différentiel d'un bébé à l'autre est très élevé !) 3. Mais si votre enfant prend du poids et tète régulièrement, il n'y a pas lieu de s'inquiéter.

Pourtant, étonnamment, quelle que soit la fréquence de repas de votre bébé, il consommera peut-être autant de lait à un mois qu'à six mois, lorsque vous commencerez à introduire la nourriture solide 4.

« Gardez cela en tête les jours où votre enfant voudra téter plus ou moins souvent que d'habitude, surtout s'il ne se sent pas bien, il vous faudra composer avec ce changement. », raconte Cathy.

Mon bébé n'a-t-il réellement besoin que de lait maternel pendant les six premiers mois ?

Oui. Le lait maternel produit tout ce dont votre enfant a besoin pour ses six premiers mois. S'il est exclusivement allaité, il n'a même pas besoin d'eau 5 ! En effet, son système digestif ne sera pas capable de gérer de la nourriture solide jusqu'à environ six mois, et il ne pourra pas boire de lait de vache jusqu'à son premier anniversaire.

Allaiter pendant cette période prépare également votre bébé pour les prochaines étapes. L'allaitement exerce les muscles de sa bouche, permet de développer sa mâchoire et d'aligner ses dents 6, 7, trois facteurs importants pour manger et parler. Comme le goût de votre lait maternel peut être influencé par ce que vous mangez ou buvez, votre bébé peut tester de nouveaux goûts avant même de commencer à manger des aliments solides 8.

Mais pas seulement, s'il tombe malade, votre organisme produira des anticorps qui passeront dans votre lait maternel pour l'aider à combattre l'infection 9. Il sera donc protégé tout au long de sa croissance et deviendra plus actif dans les mois qui suivent.

Une fois que vous aurez trouvé votre rythme de croisière, vous découvrirez à quel point l'allaitement est pratique, comme l'a découvert Claudia - 2 enfants - Royaume-Uni : « Ne pas avoir à stériliser des tonnes de biberons, à préparer le repas, à le transporter partout, puis à le réchauffer, a fait pour moi de l'allaitement la solution de facilité, notamment quand les enfants ont grandi et que nous sortions davantage. »

À quel moment mon bébé allaité commencera-t-il à faire ses nuits ?

Tous les bébés se réveillent la nuit. La majorité des bébés de un à six mois boivent un cinquième de leur consommation quotidienne de lait la nuit. Ces tétées sont donc importantes pour lui assurer ses apports en calories 3.

« Cela dépend surtout de ce que vous entendez par 'faire ses nuits' », explique Cathy. « Aller au lit à minuit et se réveiller à 5 h du matin signifie faire ses nuits pour certains. Et c'est sûrement mieux que de se réveiller toutes les deux heures ! J'ai connu des bébés qui allaient au lit à 19 h et qui se réveillaient à 7 h dès six semaines, mais beaucoup d'autres continuaient à se réveiller fréquemment. Chaque enfant est différent. »

Une étude de plus de 700 bébés réalisée au pays de Galles a montré que presque 80 % d'entre eux se réveillaient au moins une fois dans la nuit entre six et douze mois, et 25 % se réveillaient trois fois ou plus. Aucune différence n'a été remarquée entre les bébés allaités ou ceux nourris au lait artificiel 10.

Vous allez donc devoir vous réveiller dans tous les cas, alors autant privilégier le côté pratique de l'allaitement ! Minette - 2 enfants - Australie, acquiesce : « Vous avez à peine besoin de vous réveiller la nuit : laissez votre corps et votre bébé agir en mode pilote automatique. Pas de planning, de mesure ou de stérilisation. Tout est déjà prêt et à la bonne température dans votre poitrine. C'était parfait pour moi. »

Mon bébé commence à se réveiller davantage : a-t-il faim ?

Aux alentours de quatre mois, le rythme de sommeil de votre bébé peut changer : il commence alors à faire des cycles de sommeil profond et de sommeil léger, comme un adulte. Il peut donc se réveiller plus fréquemment la nuit. « À cette étape des quatre mois, vous aurez peut-être à gérer des difficultés de sommeil et non des difficultés d'allaitement », explique Cathy. « Cette période peut vous épuiser. Mais essayez de prendre les choses comme elles viennent pour traverser sereinement ce moment. »

Certaines personnes nomment cette période la « régression du sommeil des quatre mois », mais le terme le plus adapté serait « progression ». Vous pouvez le ressentir comme un retour en arrière, mais votre bébé approche une phase de développement importante. Il apprend rapidement, devient de plus en plus conscient du monde qui l'entoure, développe sa perception de la profondeur et commence peut-être à ressentir l'angoisse de la séparation. Pleurer pour vous appeler lorsqu'il se réveille, téter et être proche de vous est un moyen de se rassurer 11-13.

Ne soyez pas tentée de donner un supplément de lait artificiel ou d'introduire des aliments solides trop tôt pour que votre bébé dorme plus longtemps. Votre lait maternel contient des hormones qui entraînent une somnolence et vous aident tous les deux à vous reposer. Les études montrent d'ailleurs que les mères allaitantes dorment en réalité davantage chaque nuit que celles qui utilisent du lait artificiel ou alternent les deux 14.

De quelle manière la poussée dentaire va-t-elle affecter l'allaitement ?

La poussée dentaire démarre vers quatre mois. Il est possible que votre bébé devienne difficile et repousse le sein, qu'il pleure d'inconfort si ses gencives sont douloureuses, ce qui peut être frustrant.

Toutefois, l'allaitement peut aussi avoir un effet apaisant. Une étude a montré que les bébés allaités pendant les immunisations pleurent moins et récupèrent plus facilement de la douleur 15. Cet effet apaisant peut également aider votre bébé pendant sa poussée dentaire.

Effet collatéral de la situation : il peut commencer à utiliser votre poitrine pour tester ses nouvelles dents. « Il arrive que certains bébés s'amusent à mordre. Si c'est sur le point d'arriver, vous remarquerez probablement un léger changement pendant la tétée : il devra reculer sa langue avant de mordre », explique Cathy. « Ce n'est généralement pas un gros problème et cela peut se produire pendant quelques tétées. Interrompez alors l'allaitement, dites-lui gentiment que ce n'est pas bien, et il aura vite compris. »

Comment continuer à allaiter si je suis loin de mon bébé ?

Si vous allaitez exclusivement pendant les six premiers mois, il pourra arriver que vous ayez besoin de quitter votre enfant pendant quelques heures, voire davantage si vous devez retourner travailler ou partir pendant un jour ou deux.

N'abandonnez pas l'allaitement pour autant. Vous pouvez continuer d'offrir à votre enfant les bienfaits du lait maternel en exprimant votre lait qu'il boira lorsque vous serez absente, comme l'explique Cathy :

« Exprimez votre lait quelques jours à l'avance, en prenant de petites quantités à la fois (de 40 à 60 ml par exemple), pour avoir une réserve prête pour la personne qui s'occupera de votre bébé. En prenant de petites quantités, vous n'altérerez pas votre production de lait. »

« Si vous retournez travailler, discutez avec votre employeur pour mettre un planning en place. De nombreuses mamans allaitent la nuit et font la première et la dernière tétées. Elles expriment ensuite leur lait au moment du déjeuner pour soulager la gêne et avoir du lait pour le lendemain. »

« C'est généralement beaucoup plus facile que les gens ne le pensent. Aujourd'hui, les lieux de travail peuvent aménager des espaces de confidentialité », ajoute-t-elle. « Un tire-lait efficace permettra de concilier facilement le tout. »

Natalie - 1 enfant - États-Unis, décrit son quotidien : « J'allaite Dylan dès qu'il se réveille, et parfois encore une fois avant de partir au travail, pour stimuler ma lactation et conserver la connexion. J'exprime mon lait deux fois au travail pour le lendemain (il boit deux biberons de lait maternel pendant que je suis au travail), puis je me dépêche de rentrer pour sa tétée du soir. Le week-end, je n'exprime pas mon lait et il tète exclusivement. »

Puis-je continuer à allaiter après avoir introduit des aliments solides ?

Lorsque votre bébé commence à montrer de l'intérêt pour la nourriture et à se tenir assis sans soutien, vers six mois, il est prêt pour démarrer l'introduction de la nourriture solide. Mais cette étape ne doit pas nécessairement signer l'arrêt de l'allaitement, comme l'explique Cathy : « À six mois, les réserves en fer de votre bébé, constituées pendant la grossesse, arrivent au bout et il a besoin d'en avoir plus », dit-elle.

« Introduisez la nourriture à ce moment-là, mais rappelez-vous que l'allaitement restera plus important comme source de calories et de nutriments jusqu'à ce votre enfant ait huit ou neuf mois. Il mangera alors beaucoup plus de nourriture, mais vous pourrez continuer de l'allaiter quatre à cinq fois par jour en fonction de votre bébé. Jusqu'à ses 12 mois, vous êtes susceptible d'allaiter entre deux et six fois par jour. Chaque bébé est unique ; le vôtre peut continuer de recevoir la moitié de ses calories par le lait maternel. »

N'oubliez pas que vous pouvez ajouter votre lait maternel aux premiers aliments solides de votre enfant, comme les céréales ou les purées, pour qu'il ait une saveur familière pendant les repas. Si c'est possible, utilisez-le fraîchement exprimé (non décongelé) et mélangez-le juste avant de servir de sorte que les composants et les nutriments restent intacts 16.

Vous ressentirez peut-être une pression sociale vous incitant à arrêter à six mois. Mais plus longtemps vous allaitez ou exprimez votre lait, plus vous profitez tous deux de ses bienfaits.

Pendant combien de temps puis-je continuer d'allaiter ?

« L'Organisation mondiale de la Santé recommande de donner aux tout-petits du lait maternel en plus de la nourriture solide jusqu'à leurs deux ans, voire au-delà, dans la mesure où il continue de jouer un rôle essentiel pour le système immunitaire », explique Cathy. « C'est également un moyen utile de proposer un soutien émotionnel lorsqu'ils sont épuisés ou malades. »

À huit mois, il est possible que vous allaitiez votre bébé quatre fois par jour, mais passé un an, vous pouvez vous en tenir à deux fois par jour. Vous pouvez trouver un rythme qui vous convient à tous les deux et qui s'inscrit dans votre mode de vie, comme l'a fait Jane - 2 enfants - États-Unis. Elle a allaité ses enfants jusqu'à ce qu'ils aient environ deux ans : « J'allaitais lorsque j'étais présente, le soir et le week-end, lorsqu'ils avaient besoin de se sentir près de moi », raconte-t-elle. « C'était une aide précieuse quand ils étaient malades, et ma méthode pour les réconforter. »

« Lorsque mon fils a commencé à grandir et à devenir plus aventureux, il revenait souvent vers moi pour téter, comme si cela l'apaisait et lui permettait de recharger ses batteries », se souvient Amy - 2 enfants - Canada. « Lorsqu'il rencontrait des obstacles ou se faisait mal, téter le calmait énormément. »

Si vous allaitez votre bébé jusqu'à la petite enfance, votre entourage pourra vous dire qu'il ne voudra jamais arrêter. Mais en leur laissant le choix, les tout-petits se sèvrent souvent eux-mêmes entre deux et quatre ans 17.

« Je n'avais pas prévu d'allaiter aussi longtemps, mais je le fais toujours pour mon premier enfant de quatre ans et mon autre enfant de 22 mois », raconte Susannah - 2 enfants - Royaume-Uni. « J'allaite le plus jeune avant et après le travail, et j'exprime mon lait pendant les déplacements professionnels. L'aînée a une petite tétée de confort avant d'aller au lit ou quand elle est énervée. C'est un excellent moyen de se reconnecter. Lorsque je suis épuisée ou plus sensible, je pense aux merveilleux bienfaits pour la santé et au confort que je leur apporte. Je vais maintenant les laisser se sevrer eux-mêmes lorsqu'ils seront prêts. »

Découvrez nos conseils sur l'allaitement dès le commencement dans l'article Défis de l'allaitement après le premier mois

Références

1 Ballard O, Morrow AL. Human milk composition: nutrients and bioactive factors. Pediatr Clin North Am. 2013;60(1):49-74.

2 Kent JC et al. Principles for maintaining or increasing breast milk production. J Obstet, Gynecol, & Neonatal Nurs. 2012;41(1):114-21.

3 Kent JC et al. Volume and frequency of breastfeedings and fat content of breast milk throughout the day. Pediatrics. 2006;117(3):e387-395.

4 Kent JC et al. Longitudinal changes in breastfeeding patterns from 1 to 6 months of lactation. Breast Med. 2013;8(4):401-407.

5 Almroth S, Bidinger PD. No need for water supplementation for exclusively breast-fed infants under hot and arid conditions. Trans R Soc Trop Med Hyg. 1990;84(4):602-604.

6 Victora CG et al. Breastfeeding in the 21st century: epidemiology, mechanisms, and lifelong effect. Lancet. 2016;387(10017):475-490.

7 Peres KG et al. Effect of breastfeeding on malocclusions: a systematic review and meta‐analysis. Acta Paediatr. 2015;104(S467):54-61.

8 Mennella JA, Beauchamp GK. Maternal diet alters the sensory qualities of human milk and the nursling's behavior. Pediatrics. 1991;88(4):737-744.

9 Hassiotou F et al. Maternal and infant infections stimulate a rapid leukocyte response in breastmilk. Clin Transl immunology. 2013;2(4).

10 Brown A, Harries V. Infant sleep and night feeding patterns during later infancy: Association with breastfeeding frequency, daytime complementary food intake, and infant weight. Breast Med. 2015;10(5):246-252.

11 Infant sleep information source. [Internet]. Normal Infant Sleep Development; December 2017 [cited 2018 Feb]

12 Baby sleep science. [Internet]. The-Four-Month-Sleep-Regression-What-is-it-and-What-can-be-Done-About-it. March 2014 [cited 2018 Feb] 

13 The Myth Of Baby Sleep Regressions – What’s Really Happening To Your Baby’s Sleep? [Internet]. Pinky Mckay; December 2017 [cited 2018 Feb]

14 Kendall-Tackett K et al. The effect of feeding method on sleep duration, maternal well-being, and postpartum depression. Clinical Lactation. 2011;2(2):22-26.

15) Harrison D et al. Breastfeeding for procedural pain in infants beyond the neonatal period. Cochrane Database Syst Rev. 2014;10.

16 Czank C et al. Retention of the immunological proteins of pasteurized human milk in relation to pasteurizer design and practice. Pediatr Res. 2009;66(4):374.

17 Weaning from the breast. (2004). Paediatr Child Health, 9(4):249–253.