Reprendre le travail en tant que mère allaitante

La reprise du travail après un congé de maternité n'implique pas la fin de l'allaitement. Avec une bonne planification et une bonne communication, votre bébé peut continuer à bénéficier de votre lait maternel. 

Returning to work as a breastfeeding mum

Il peut être difficile de concilier le travail et la vie de famille lorsque vous reprenez le travail après un congé de maternité. Vous pouvez vous sentir déchirée entre le sentiment de délaisser votre enfant et la nécessité de gagner votre vie, ou le désir de rester connectée à votre travail et de développer votre carrière.

Si vous allaitez et souhaitez continuer, vous devez également réfléchir à la manière de préserver votre production de lait et vous assurer que votre bébé peut continuer à bénéficier de votre lait maternel en votre absence. Cela implique souvent d'exprimer votre lait maternel au travail puis de le stocker et de le transporter en toute sécurité, afin que la personne qui garde votre enfant puisse le lui donner.

Quels sont les avantages de continuer à allaiter lorsque vous reprenez le travail ?

La reprise du travail peut être un déchirement après avoir passé tant de semaines en tête-à-tête avec votre bébé. La poursuite de l'allaitement permet d'entretenir ce lien important entre vous et de faciliter votre transition respective vers une nouvelle routine.

L'allaitement peut également être une jolie manière de vous reconnecter lorsque vous êtes plus souvent séparés. C'est le cas de Peggy, un enfant, Suisse : « J'ai repris le travail lorsque Penelope avait six mois. Je continuais à l'allaiter juste avant de partir au travail et à mon retour, c'était notre moment privilégié ensemble.”

N'oubliez pas également que votre bébé peut continuer à bénéficier des propriétés salutaires et protectrices du lait maternel si vous reprenez le travail. Votre lait maternel contient de nombreux composants qui permettent de lutter contre les infections et favorisent la récupération rapide de votre bébé s'il tombe malade. Des études montrent même que les mères allaitantes prennent moins de jours de congé que les mères qui n'allaitent pas, car leurs bébés sont moins souvent malades.1

Quand retourner au travail ?

Certaines mères n'ont pas vraiment le choix concernant leur date de reprise du travail. Cette date peut être déterminée par votre employeur, la législation en matière de maternité dans votre pays ou vos besoins financiers. Si vous avez la chance de pouvoir choisir, pesez le pour (revenus, évolution de carrière, stimulation intellectuelle ou interactions sociales, par exemple) et le contre (être séparée de votre bébé, le coût de la garderie ou une logistique compliquée) et discutez avec vos amis et collègues de leur expérience avant de vous décider.

Souvenez-vous qu'allaiter et exprimer votre lait alors que vous travaillez et que vous vous occupez d'un bébé ou d'un jeune enfant peut être épuisant sur le plan physique et émotionnel. Toutefois, certaines mères considèrent également l'expression comme un répit bienvenu pendant une journée de travail chargée.

« J'ai eu des difficultés à reprendre le travail et à me concentrer sur mes tâches pendant huit heures. Alors en quelque sorte, j'ai apprécié les pauses que je prenais pour exprimer mon lait », explique Monika, trois enfants, Suisse. « Cela me permettait de m'asseoir, de fermer les yeux et de me reposer. »

Qu'en est-il de la crèche ?

Choisissez un service de garderie disposé à donner à votre bébé votre lait maternel exprimé et/ou vous permettant d'allaiter lorsque vous déposez et reprenez votre bébé. Discutez-en avant d'inscrire votre bébé et expliquez clairement vos besoins.

Demandez comment ils stockeront votre lait maternel et assurez-vous de leur fournir assez de tétines et de biberons aseptisés. Discutez également de la manière dont votre bébé aime prendre son lait (chaud ou froid, aidé ou en autonomie sous surveillance s'il est âgé de six mois ou plus) afin qu'il l'accepte plus facilement.

Si vous avez la chance que des membres de votre famille s'occupent de votre bébé, laissez-leur beaucoup de lait et des instructions. Selon Gimena, deux enfants, Argentine, il a fallu un peu de temps à sa fille pour s'habituer à un nouveau mode d'alimentation : « J'ai repris le travail quatre heures par jour lorsque ma fille avait neuf mois », explique-t-elle. « Je me levais tôt pour exprimer mon lait et je laissais un biberon de lait exprimé à mon mari. Au début, elle ne voulait pas du biberon, mais nous avons continué à lui proposer et elle a fini par le prendre. »

Que demander à mon employeur ?

Contactez votre employeur dès que vous êtes sûre de vouloir reprendre le travail, même si cette date est éloignée. Il vous faudra discuter de vos heures de travail et de la manière dont votre employeur peut vous aider à poursuivre l'allaitement. Vous pouvez envisager de reprendre à temps partiel, de partager votre travail ou de travailler en heures « regroupées », c'est-à-dire que vous travaillerez moins de jours, mais plus d'heures au cours d'une journée.

« Mon congé maternité a duré six mois. Au bout de cette période, j'ai trouvé que c'était le bon moment pour reprendre le travail. Je travaille désormais à temps partiel, 60 % de la semaine, c'est l'idéal pour moi », déclare Andrea, deux enfants, Suisse.

Si vous travaillez pour une grande entreprise, contactez le service des ressources humaines pour discuter de leur politique en matière d'allaitement. Si aucune employée n'a jamais exprimé de lait avant, faites office de pionnière en la matière.

Si vous comptez exprimer votre lait au travail, annoncez-le à votre employeur bien à l'avance. Dans de nombreux pays, les employeurs sont légalement tenus de fournir un espace privé où les mères peuvent exprimer leur lait, des pauses régulières à cet effet et un endroit pour stocker leur lait maternel en toute sécurité. Renseignez-vous pour savoir si votre pays applique des directives pour les mères allaitant au travail et prenez-en connaissance.

« Mon conseil est de tout planifier avant de retourner au travail », annonce Shalena, deux enfants, Canada. « Déterminez vos besoins, la fréquence, la durée et le lieu d'expression. Il est également important d'expliquer que vos besoins évolueront à mesure que votre bébé grandit. Assurez-vous de connaître vos droits et vos responsabilités et affirmez vos plans avec conviction. »

Si vous préférez éviter d'exprimer votre lait au travail, choisissez un lieu de garderie proche de votre lieu de travail afin de pouvoir prendre des pauses pour allaiter votre bébé à ses horaires habituels.  

Comment me préparer à mon retour au travail ?

Si vous allaitez, entraînez-vous à exprimer et à donner du lait à votre bébé au biberon ou à la tasse quelques semaines à l'avance, afin de vous habituer tous les deux à ce mode d'alimentation.

Vous devez également trouver le mode d'expression le mieux adapté à votre situation. Vous pouvez utiliser un tire-lait électrique, un tire-lait manuel ou même exprimer votre lait à la main. L'efficacité, le coût, la portabilité et le niveau sonore du tire-lait peuvent influencer votre choix. 

Encouragez votre famille et vos amis à donner des biberons de lait maternel exprimé à votre bébé afin qu'il s'habitue à être nourri par d'autres personnes. Votre bébé sera plus enclin à être nourri par quelqu'un d'autre si vous n'êtes pas dans la pièce.

« Nous avons donné un biberon de lait exprimé assez tôt, plusieurs mois avant ma reprise du travail. J'étais donc sûre que cela ne poserait pas problème en temps voulu », explique Lily, deux enfants, Royaume-Uni. « Nous avons essayé beaucoup de biberons et de tétines avant de trouver la solution qui convenait à mon fils. »

Après une planification minutieuse de votre reprise, il est temps de penser à la logistique de l'expression au travail. Consultez nos articles sur l'expression au travail, le stockage et le transport de votre lait maternel en toute sécurité et l'expression lorsque vous n'êtes pas à la maison.

Références

1 Murtagh L, Moulton AD. Working mothers, breastfeeding, and the law. Am J Public Health. 2011;101(2):217-223.