Sevrage physiologique

Le sevrage désigne le processus de diversification alimentaire du bébé qui cesse de dépendre du lait maternel pour s'ouvrir à d'autres sources alimentaires. Le sevrage est un processus complexe impliquant des ajustements nutritionnels, microbiologiques et psychologiques. Les couples mère-enfant ne le vivent pas tous au même moment.

En règle générale, différents signes indiquent que les bébés sont prêts à se nourrir d'aliments solides entre six et douze mois. Il convient également sur le plan nutritionnel de commencer à nourrir les bébés d'aliments contenant du fer à partir de six mois. À cet âge, les besoins en fer dépassent ce que peut apporter le lait maternel. De même, lorsque les bébés atteignent l'âge de douze mois environ, leurs besoins en protéines, qui favorisent une croissance rapide, augmentent. Or le lait maternel seul ne peut pas y pourvoir.

Le sevrage survient à l'initiative du bébé ou de la mère. Le bébé manifeste alors davantage d'intérêt pour les autres aliments et/ou moins pour le lait maternel. Les raisons du sevrage les plus couramment citées par les mères incluent le fait que leur bébé manifeste moins d'intérêt pour l'allaitement et ne se satisfait plus uniquement du lait maternel.

Les changements physiologiques pendant le sevrage

Le sevrage s'accompagne de changements dans la composition du lait et d'une modification des glandes mammaires. Pendant une période de trois mois après le sevrage, la quantité de lait diminue jusqu'à environ 67 %, 40 % puis 20 % de la production initiale. Pendant cette période, la teneur en protéines, en sodium et en fer augmente entre 100 % et 200 %, alors que celle en lactose diminue.

Le lait n'étant plus exprimé régulièrement, les glandes se dilatent et la production de lait maternel diminue progressivement. Les seins s'engorgent, les vaisseaux sanguins se compriment, restreignant la circulation sanguine et les ocytocines dans les cellules myoépithéliales. Les alvéoles se dilatent et s'aplatissent donc avant de disparaître. Le tissu glandulaire retourne à un état de latence et la quantité de tissus adipeux augmente. À ce stade, les glandes mammaires reprennent leur état d'avant la grossesse. Elles sont prêtes à revivre le même cycle de croissance à la grossesse suivante. Le processus de régression ou d'involution pendant un sevrage rapide est sensiblement différent d'un sevrage progressif s'étalant sur plusieurs mois. Néanmoins, peu d'études ont été menées dans ce domaine.

Instructions générales pour un sevrage physiologique

  • Il est recommandé de remplacer progressivement une séance d'allaitement à la fois. On remplacera ensuite une deuxième séance à l'autre extrémité de la journée (une le matin et une la nuit)
  • Il est possible de poursuivre l'allaitement à la demande pendant l'augmentation de la prise d'aliments solides, même si la durée et la fréquence d'allaitement peuvent diminuer
  • Il convient de donner les aliments solides avant d'allaiter pendant le sevrage
  • Le sevrage est une expérience physiologique et émotionnelle : il est normal que la mère ressente une certaine déprime ou de la tristesse lorsqu'elle est confrontée à la réalité du dernier allaitement
Références

1 Lawrence, R. A. and Lawrence, R. M. Breastfeeding: a guide for the medical profession (Elsevier Mosby, Maryland Heights, MO, 2011).

2 Li, R., Fein, S.B., Chen, J., Grummer-Strawn, L.M. Why mothers stop breastfeeding: mothers' self-reported reasons for stopping during the first year. Pediatrics. 2008 Oct;122 Suppl 2:S69-76.

3 Garza, C., Johnson, C.A., Smith. E.O., Nichols. B.L. Changes in the nutrient composition of human milk during gradual weaning. Am J Clin Nutr. 1983 Jan;37(1):61-5.